mardi 15 août 2017

Emmanuelle Tremblay va derrière le miroir


COMME DES SAUVAGES d’Emmanuelle Tremblay est un roman qui m’a rappelé, par certains aspects, La Maison du Remous de Nicole Houde ou encore les sagas de Claude Le Bouthillier où des drames marquent les gens sur plusieurs générations. Tout tourne autour de Rose, la grand-mère infatigable et un peu étrange qui rend l’âme dans les bras de sa petite-fille Viviane. Qui est cette femme ? Que cachent ses silences ? Pourquoi ses filles sont-elles parties ? Et le grand-père qui attend avec impatience que sa petite-fille s’éloigne après les funérailles. Quelle tragédie marque la famille Santerre ? Un roman étonnant, souvent cruel, mais toujours juste.
  
Rose se meurt dans sa chambre d’hôpital. Viviane, sa petite-fille, revient dans la famille après une longue absence pour vivre les derniers moments de celle qui lui a servi de mère. Quelques mots, des bouts de phrases et des images surgissent. La jeune femme replonge dans son enfance, se heurte à des secrets, certains événements dont personne ne parle.
Rose s’est occupée seule de ses filles et de ses fils. De sa petite-fille aussi, l’enfant de Nicole. Son Augustin était toujours au loin, en mer ou ailleurs. Pour tenir le coup, il y avait les médicaments que lui prescrivait le docteur Thériault. Ainsi, elle calmait ses angoisses, ses regrets, sa peur devant ses filles qui ne semblaient rien retenir de ses propos et de ses mises en garde.
Tout comme Laetitia, le personnage principal de La Maison du Remous de Nicole Houde, Rose se heurte à une fatalité héréditaire qui la réduit au silence et va détruire ses filles.
La petite-fille épie cette femme qui n’est plus que l’ombre d’elle-même, ce corps qui semble glisser tout doucement hors de la vie. Des mots esquissent des images, des moments, des instants fugaces et des fragments du passé.

Viviane s’était penchée sur la vieille jusqu’à appuyer sa poitrine contre le corps alité. Elle n’eût pas cru possible de la voir d’aussi près. Une femme à sa place. Qui avait imposé le respect dans la distance maintenant abolie, par le sort du commun. Car son squelette se précisait sous la peau tavelée de constellations inédites. Son haleine l’enveloppait d’une aura qui s’épaississait plus le sang ralentissait son cours. (p.14)

Rose a vécu dans un monde dominé par les hommes. Elle a été réduite à ses fonctions biologiques. Peut-être pas un univers aussi marqué qu’évoque Abla Farhoud dans Au grand soleil cachez vos filles, mais une force insidieuse et implacable. Nous sommes dans les années qui précèdent la Révolution tranquille et le clergé a encore beaucoup d’emprise sur les gens. Les études ne sont guères possibles pour les filles Santerre parce que le père a du mal à joindre les deux bouts et qu’il est possédé par la passion du jeu. Elles travaillent à l’usine qui transforme le poisson. Une tâche difficile, ingrate où il faut se démener pour faire un peu d’argent. Chacune compose avec ses ambitions, ses désirs et une même volonté de s’arracher à la misère qui écrase Rose un peu plus chaque jour. Monique paie chèrement le prix de ses ambitions tout comme Nicole. Simone et Jeanne s’en tireront un peu mieux en allant vivre en ville.
Viviane a droit à des études. À cause de sa naissance, de sa mère qui est partie et qui n’a jamais donné de nouvelles. Le père n’a jamais été nommé et identifié. Le silence, un autre, des questions que l'on ne pose jamais. On comprend à la lecture pourquoi Augustin, le grand-père, n’aime pas se retrouver face à sa petite-fille qui lui rappelle un moment de lâcheté et de couardise.

Les pétales de la rose sont flétris sur son bras tatoué. Mais elle fait semblant de ne pas voir, occupée à lire le dos de la boîte de Cheerios au miel et aux noix. L’homme n’en impose plus autant, malgré une fébrilité intérieure qui le maintient sous pression, comme s’il allait se lever à tout moment pour partir. On sait jamais quand il s’en va. Quand il revient. Où c’est qu’il est rendu. Grand-maman Rose n’avait pas tenu le compte de ses absences. Aux côtés de sa petite-fille, il demeure pourtant stable, avec l’air de vouloir ajouter quelque chose qui tarde à venir. Amadouée, elle l’aide à se dépêtrer du silence en lui reposant la question. Le ménage ! Il se fait tout seul ? (p.44)

Viviane, fille sans père, trouve une sœur dans le personnage de Ghislaine de La Maison du Remous de Nicole Houde. J’y reviens parce que je termine un carnet où je m’attarde à la femme, l’écrivaine exceptionnelle et une œuvre unique au Québec. J’en suis tout imbibé.

SECRET

Rose protège ses secrets. Thomas le photographe par exemple qui remet une liasse de lettres à Viviane au salon funéraire. Elle découvre en les lisant le secret de sa grand-mère. Elle a vécu un amour avec le vieux Thomas. Une petite fille est née et meurt à bas âge. Elle n’a pas droit à une place au cimetière parce que le curé Aurélien a refusé de la baptiser.
La mère de Viviane voulait échapper à la misère des gens qui doivent toujours plier l’échine devant un patron qui les manipule comme des marionnettes. Surtout les femmes qu’il séduit et rejette après. Son audace, sa témérité la perdra. Le pire, c’est qu’Augustin la sacrifie pour payer ses dettes de jeu. Nicole accepte de disparaître pourvu que sa fille puisse aller aux études et connaître un autre destin. C’est la seule voie, l’éducation pour échapper aux forces qui jouent dans une communauté où la famille Hébert décide de tout.

SYMBOLE

Viviane devient biologiste et se passionne pour les grands requins qui parcourent les mers. Elle traque ces bêtes un peu partout pour apprendre comment ils se déplacent et se reproduisent. Et savoir aussi pourquoi ils ont si mauvaise réputation. Peut-être que cela vient du film Jaws où le grand requin blanc devient la bête maléfique qui attaque les humains. Une version de Moby Dick d’Herman Melville où le capitaine Achab pourchasse le cachalot blanc sur toutes les mers du monde pour assouvir sa vengeance. Peut-être aussi que les requins ne vivent pas que dans les mers. Ils sont parmi nous et peuvent frapper n'importe quand.
Viviane découvre la rage de son oncle Jean, sa révolte et son refus de plier l’échine,  l’amour secret de Rose, le destin terrible de sa mère et de sa tante Monique.
La vérité fait mal, mais il ne peut y avoir de résilience sans la connaissance. Elle comprend les agissements de sa grand-mère qui ne pouvait affronter le monde sans ses petites pilules. C’est le sort réservé à plusieurs femmes encore de nos jours. Les médicaments pour les faire tenir tranquille et accepter une situation souvent terrible. Emmanuelle Tremblay nous présente brièvement certains médicaments qui ont servi à « calmer » les femmes, à les faire se tenir tranquille dans leur révolte et leurs angoisses. 

Son esprit paraissait vouloir se mouler à l’empreinte qu’un souvenir lointain eût laissée dans son corps. Viviane avait alors compris qu’il ne saurait y avoir de détachement sans réparation. Et que sa responsabilité y serait pour quelque chose. Car elle se limitait, somme toute, au sursis qu’on avait réussi à lui accorder. Le temps d’une dernière accolade avec le passé. (p. 72)

Madame Tremblay nous pousse imperceptiblement vers un univers glauque, révèle les secrets de la famille Santerre, les drames que l’on dépose dans de grands coffres qui se couvrent de poussière dans les greniers. Toutes les familles taisent de tels secrets. Ils expliquent souvent des gestes et bien des peurs. Je pense à Robert Lalonde qui n’a cessé de secouer certains événements de son enfance.
Comme des sauvages m’a terriblement dérangé. Un roman dur, mais tellement juste. Une écriture magnétique pour dire le silence et le non dit. Tout comme Nicole Houde le fait, j’y reviens, dans La Maison du Remous et dans L’enfant de la Batture. Des romans qui vous râpent l’âme et l’esprit.
Emmanuelle Tremblay me touche particulièrement parce que j’ai l’impression de retrouver des personnages que j’ai suivis dans La mort d’Alexandre et Les oiseaux de glace. Elle dénonce une société du silence qui écrase les femmes, ces « folles » que l’on garde dans les maisons comme dans des cages.
Rose survit grâce à la médication et Nicole choisit de se sacrifier pour sa fille. C’est douloureux pour Viviane de l’apprendre, mais nécessaire. Le silence n’est jamais une solution. Un roman bouleversant, une écriture qui éclate en plein visage. Un aspect de notre réalité dont on ne parle jamais. La médication, les pilules pour faire taire celles qui basculent dans la dépression et l’envie de mourir. Celles aussi qui ont envie de hurler et de dénoncer les agresseurs et les violeurs.


COMME DES SAUVAGES d’EMMANUELLE TREMBLAY est paru aux Éditions Leméac.


http://www.lemeac.com/auteurs/685-emmanuelle-tremblay.html

mercredi 9 août 2017

Marie-Ève Lacasse et le monde secret de Sagan

FRANÇOISE SAGAN arrive dans la littérature française comme un tsunami avec Bonjour Tristesse. Elle a dix-huit ans. Le milieu littéraire est en effervescence. Tous tentent de l’approcher, de la rencontrer et d’être de son cercle d’amis. Parce que la jeune femme est de tous les événements et vit à un rythme effréné. Des rencontres, des amours éphémères, des mariages qui durent le temps d’une fête, des livres qui séduisent les lecteurs et qui en redemandent. L’écrivaine fait les manchettes des journaux et les rumeurs circulent. Mais qui s’attarde à Peggy Roche qui se faufile dans l’ombre ?

Marie-Ève Lacasse est connue des lecteurs sous le nom de Clara Ness. Elle a publié des romans sous ce pseudonyme, il y a quelques années. Ce livre est une façon pour l’écrivaine de retrouver sa propre identité dans le monde littéraire.
Françoise Sagan est rapidement devenue une vedette entourée d’une foule d’hommes et de femmes qui ne lui laissaient pas le temps de respirer. Malgré tout, elle trouve le temps d’écrire. Marie-Ève Lacasse s’attarde à ses amours, ses voyages, ses périodes d’éclipses et l’écriture envers et contre tous.
Françoise Sagan n’est pas quelqu’un que j’ai lu avec avidité, je dois l’avouer, mais elle reste un phénomène de la littérature française. Écrire un roman, une œuvre culte à dix-huit ans, n’est pas donné à tout le monde. C’est ce qui se produit avec cette fille qui trouve son nom de plume dans un roman de Marcel Proust. Son père refusait de voir son nom de famille sur la couverture d’une œuvre de fiction. Il a peut-être changé d’avis avec le temps, mais l’histoire ne le dit pas. Françoise est née Quoirez.
S’approcher d’un monstre sacré qui a fait les manchettes pour ses frasques et ses passages à vide est un pari que relève fort brillamment Marie-Ève Lacasse dans Peggy dans les phares. Un titre étrange qui trouve sa raison dans le récit. La Peggy en question est une mannequin connue dans le monde de la mode et des médias. Les deux sont des vedettes et aiment les femmes, ce qui ne s’avoue pas à l’époque. Il ne faut pas oublier que nous sommes dans les années soixante et les amours entre personnes d’un même sexe sont tabous. Françoise Sagan, qui aime bien provoquer, attirer les regards et n’en faire qu’à sa tête pour le grand plaisir de ses admirateurs, reste discrète sur cet aspect de sa vie. Peut-être que ses lecteurs ne lui auraient pas pardonné. Ses amours avec Peggy Roche sont un secret bien gardé.

IDENTITÉ

Une vie secrète pour l’idole d’une génération, des relations troubles avec une Peggy toujours là malgré les frasques de Françoise, ses aventures avec d’autres femmes et même des mariages, ses séjours à l’hôpital où elle gît entre la vie et la mort.

Quelques semaines plus tard tu es de nouveau hospitalisée, cette fois dans une clinique spécialisée de Garches pour te libérer de ta nouvelle addiction. L’orviétan destiné à te soulager t’a rendue dépendante. Il y a ce corps dont on ne fait pas grand-chose quand on est écrivain et qui pourtant vous rappelle à l’ordre, se plaint, vous envoie ses signaux, crie bien fort qu’il voudrait qu’on s’occupe de lui, de l’intérieur mais aussi de l’extérieur, de son enveloppe. C’est encombrant, mais c’est comme cela. Quand tu te lèves, la douleur est si grande qu’elle t’empêche de t’élever. Tu voudrais qu’on t’assomme une bonne fois pour toutes, c’est ton mot préféré d’ailleurs, tu le répètes à l’envi : tout est assommant, l’époque, les gens, la télévision. (p.17)

Peggy lui pardonne ses infidélités, ses rebuffades et ses insultes. Beaucoup auraient tourné le dos à Sagan pour bien moins que cela. Mais cet amour est plus fort que tout. J’aime ces retrouvailles, ces rencontres particulières où on se vouvoie, où on a l’impression de vivre dans une fiction de l’écrivaine où tout est lent, éthéré, plongé dans une sorte de brume qui masque la vie et les choses.

À l’hôpital militaire Peggy tourne autour du lit de Françoise, s’assoit sur la chaise, regarde par la fenêtre, caresse son visage, humecte ses lèvres d’eau. On vient de retirer le tube dans sa bouche. C’est une Françoise de conte, celui des princesses qui attendent un baiser pour se réveiller. Au fil des jours Françoise remonte doucement des profondeurs. Peggy lui parle de choses et d’autres, de la collection qu’elle n’en finit plus d’imaginer, de la vie au journal, des gens croisés dans la nuit. Elle dit aussi que les rideaux sont affreux, comparant la chambre à celle d’un précepteur de province. Enfin elle fixe le sol, longtemps, concluant son monologue par : comment vous sentez-vous ? (p.57)

Madame Lacasse refuse de multiplier les anecdotes ou de s’attarder à ces fêtes interminables où l’on boit jusqu’à s’évanouir. Il aurait été facile de parler des virées dans le Midi, dans certains villages, des départs et des arrivées, des rencontres avec  les grands de ce monde, dont François Mitterrand, un ami de l’écrivaine avec qui elle fera un voyage en Amérique qui se termine mal.

ÉCRITURE

Marie-Ève Lacasse se moule à l’écriture de Sagan, sa manière d’évoquer sans jamais appuyer. Une entreprise particulièrement difficile. J’aime cette couleur, cette mélancolie, cette musique si particulière.

« Ses livres, ses personnages étaient fréquentables sans être follement audacieux. L'héroïne, c'est elle. Mais attention, si ses romans n'avaient pas dégagé ce charme étrange et vaguement suranné qu'on a une fois pour toutes nommé « la petite musique » de Sagan, ce qui l'énervait, il ne lui serait pas arrivé de vivre cette expérience bizarre : être adorée par des centaines de milliers de gens qui la trouvaient irrésistiblement sympathique, intelligente en diable. » [1]

Ce « charme suranné » contrastait avec la vie de Peggy. Cette femme vivait devant les photographes et les caméras.
Nous voici dans les années 70. Tout change, tous misent sur la jeunesse. Tout est possible dorénavant. On repousse l’autorité, tente toutes les expériences et les dérives. Sagan se retrouve au seuil de la mort à plusieurs reprises. Peggy hésite entre la colère et l’amour, la rancune et le dévouement. Parce que Sagan reste toujours capricieuse, impulsive et se sert d’un peu tout le monde autour d’elle. Peggy écope la plupart du temps.

FIDÉLITÉ

Un roman remarquable qui rend l’atmosphère de l’époque et de la vie de Sagan, du monde de la mode et des soirées où l’on vide toutes les bouteilles, où l’on part sur un coup de tête pour la Provence ou encore dans une maison de campagne pour continuer la fête. Sagan fonce à une vitesse folle sur les routes. La mort la guette au tournant.
C’est émouvant, juste, d’une retenue remarquable. J’aime cette femme volontaire, capable de diriger des défilés de monde, de les concevoir, de tenir le haut du pavé, de faire la une des magazines et se faire si discrète dans ses amours.
Un roman fascinant qui permet de nous faufiler dans la vie de Sagan, celle que l’on ne veut pas voir, celle que l’on a toujours évité de bousculer, préférant le mensonge, le cinéma que l’écrivaine entretenait autour de son personnage. Lacasse démontre la fragilité de la femme qui écrit envers et contre tous malgré le bruit et la fureur.
Peut-être que Sagan était en avance de son temps en vivant la vie d’une vedette comme on les aime maintenant. Elle a fait de sa vie une œuvre tout en écrivant des livres qui la disent dans son mal de vivre et d’être. C’est l’essentiel et Marie-Ève Lacasse l’a bien compris.

PEGGY DANS LES PHARES de MARIE-ÈVE LACASSE est paru aux Éditions Flammarion Québec.



PROCHAINE CHRONIQUE : COMME DES SAUVAGES d’EMMANUELLE TREMBLAY.




[1] Claire Devarrieux, Françoise Sagan, la vie chamade, Liberation,fr/, 25 septembre 2004.

jeudi 6 juillet 2017

Natalie Jean fait du bien avec ses personnages

CERTAINS ÉCRIVAINS abordent des sujets sérieux sous le couvert de l’humour et de la légèreté. La perte d’un amoureux ou encore la mort qui frappe dans un moment où l’on se croit immortel. Joëlle vit une rupture amoureuse, se lance dans le lent et patient retour à l’espoir. Tout comme Maxime. Une façon de s’arrêter sur la vie dans notre société. Comment rompre avec la performance et vivre sans préparer un cancer ou la crise cardiaque en début de quarantaine ? Joëlle apprend à la dure pendant que Maxime cherche à se protéger d’une carrière qui avale toutes ses énergies. La solitude aussi qui guette ceux et celles qui choisissent de s’aventurer dans la marge.

Joëlle est graphiste et gagne sa vie en acceptant des petits contrats. Tout va bien. Elle a un amoureux, s’amuse et fait confiance à la vie, imagine une vie de couple pour le meilleur surtout. Et arrive le jour où tout s’écroule. Elle n’a rien vu. Son homme, le parfait, la trompe avec sa meilleure amie. En plus, elle échappe de justesse à l’incendie de sa maison. Une voisine a moins de chance et périt dans le brasier. Toute sa vie ressemble à cet énorme tas de cendres. Comment trouver le courage de tout recommencer ?
Maxime a connu le succès dans son entreprise et le travail est en train de l’avaler. Il n’est plus un homme, mais un individu qui ne vit que pour son entreprise. Il se retire après un fiasco amoureux, s’installe à la campagne pour se reconnecter avec la nature, être bien dans sa tête et son corps. Il apprend de son voisin, un homme de peu de mots qui vit loin des soubresauts de la société et semble bien s’en porter.
Est-il possible de tout recommencer sans reprendre des gestes qui nous poussent vers les mêmes aveuglements ? Joëlle quitte Montréal et s’installe à Québec où elle a grandi. Maxime, près de son lac, prend le temps de s’entendre penser. Tous les deux changent de lieu, de monde pour secouer leur vie.

L’aube se pointe. J’ai marché encore longtemps pour repousser l’échéance. Je gravis les marches qui mènent à notre appartement. Je devrais le vendre. Quand je passe cette porte, une fatigue sans nom me tombe dessus comme une chape de plomb. Il y a trois ans, ce lieu était rempli de plantes vivantes et de fleurs fraîches. Il y a trois ans, ce lieu était rempli de Félicia… Avant, j’avais l’euphorie tranquille, j’étais cet homme moderne et confiant qui tourne le robinet sans s’étonner d’y voir couleur chaque fois une eau limpide. Je ne suis plus ce gars-là. (p.37)

Partir, tout effacer, trouver de nouvelles certitudes et éviter les erreurs. Pas facile de faire table rase. On s’en souvient. Les Européens en débarquant en Amérique pensaient tout recommencer. Un monde tout neuf. Ils n’ont su que reproduire les mêmes erreurs et les mêmes bêtises. Ils ont emporté sur leurs grands navires une violence terrible, des croyances dévastatrices. Le Nouveau Monde était du côté des Autochtones et ils n’ont pas voulu le voir. Une bien triste histoire.

REVIVRE

Joëlle s’installe au cœur de la ville de Québec, dans un appartement où le soleil semble prendre racine. Des plantes s’y épanouissent et la propriétaire devient une mère pour la jeune fille.
Maxime en fait tout autant dans sa forêt en s’occupant manuellement, retournant en ville pour donner un coup de pouce à ses partenaires, pour mieux se convaincre qu’il n’y a plus sa place. Il ne veut que la paix des arbres.
S’arrêter, mettre les mains sur ses jours pour les faire tenir tranquille. Il faut se méfier de ses rêves parce qu’ils finissent toujours par vous rattraper. Joëlle tente d’oublier cet amour qui n’a laissé que des gravats.

Mon père parlait souvent de ça : cultiver sa joie. On dit que je lui ressemble, enfin, on le disait… À part mon frère Victor, rares sont ceux qui parlent encore de lui. Selon ma mère, ça ne serait pas. Parler des morts quand il fait beau assombrit le ciel ; à table, ça coupe l’appétit, c’est comme renverser du sang sur la nappe. Mais où sont nos morts, s’ils ne sont pas dans nos cœurs, dans nos têtes ? On ne cesse pas d’aimer quelqu’un parce qu’il meurt ! Ceux qu’on a aimés vivent dans la vibration de nos voix, mélangés à notre vie. (p.72)

Maxime se méfie des rencontres où l’attrait des corps ne résiste pas à la montée de l’aube. Il apprend à vivre sans bousculer les choses. Son comparse, son voisin solitaire, lui sert de modèle. Il oublie le téléphone intelligent, n’en peut plus des gens qui ont un petit écran greffé à la main.
Joëlle travaille juste ce qu’il faut, se méfie des aventures qui peuvent la troubler. Il y a aussi sa famille, sa mère et sa sœur, à qui elle n’arrive pas à s’identifier. Des étrangers, des valeurs qu’elle rejette. C’est peut-être cette superficialité qu’elle cherche à fuir avant tout. Elle veut s’accrocher à du solide pour oublier le superflu.

En m’éloignant de l’incendie, ce jour-là, je l’ai vue, ma chance. C’était aussi palpable que du bois, aussi tangible qu’une roche de granit. Je ne dois pas l’oublier, jamais. C’est mon tour d’être en vie, j’ai droit à mon bout d’époque. Cette femme, Rosie, qui a péri dans les flammes, je ne la connaissais pas, mais on se ressemblait : elle était née la même année que moi, elle avait eu une enfance, une adolescence, elle était devenue adulte et habitait Montréal, dans mon immeuble. Ce qui nous éloigne le plus, la plus grande différence au monde, c’est qu’elle est morte et que moi, je suis vivante. (p.110)

On s’en doute. Joëlle et Maxime vont se croiser. D’abord dans un train. Une rencontre comme il s’en fait souvent. Des sourires, quelques questions pour s’apprivoiser. C’est déjà l’attirance, celle qui peut vous faire perdre la tête, vous secouer comme un rideau au bord d’une fenêtre ouverte un jour de grands vents.
Les deux se perdent, finissent par se retrouver. Il faut du temps. Il faut bien que les embûches se multiplient si l’on veut avoir un récit un peu consistant. Natalie Jean met votre patience à l’épreuve. J’attendais que l’auteure me plonge dans cette réconciliation amoureuse.

PLAISIR

Joëlle est amusante, maladroite, spontanée, naturelle, et Maxime n’aime pas brusquer les choses. Un roman qui vous fait aimer la vie, le moment présent. C’est certainement le plus important et il est rassurant de voir qu’une écrivaine croit encore qu’il fait bon se lever le matin pour admirer le soleil dans les arbres, la beauté des plantes autour de soi. Surtout, prendre le temps de réaliser ces petites choses qui donnent de la couleur à la vie et font croire à la beauté. Le monde de l’art, de la peinture ou de l’écriture peut permettre de se rapprocher de la vérité.
Sans être un grand roman, j’ai eu du plaisir à suivre Maxime et Joëlle, à souhaiter que la vie devienne une expérience pour eux. Une belle lecture d’été à l’ombre avec des oiseaux tout partout.

IMAGO de NATALIE JEAN, roman paru chez LEMÉAC ÉDITEUR.



PROCHAINE CHRONIQUE : PEGGY DANS LES PHARES de MARIE-ÈVE LACASSE.


lundi 19 juin 2017

Rachel Leclerc tourne une page de notre histoire

DES MOMENTS DE NOTRE HISTOIRE se glissent dans la littérature depuis un certain temps pour mon plus grand plaisir. Je pense à Éric Plamondon qui s’attarde à la révolte des Mi’gmaq de Ristigouche en 1981 dans son tout dernier roman Taqawan. Ou encore Louis Hamelin, dans Autour d’Éva, qui plonge dans la Révolution tranquille. Il y a aussi Mirabel, l’aéroport qui s’est dressé au milieu des terres agricoles, au cœur du Québec. Marie-Pascale Huglo s’y attarde dans Montréal-Mirabel. Un projet qui est devenu le symbole d’une décision politique insensée. Hamelin, encore lui, en faisait le sujet de son premier roman La rage en 1989. Rachel Leclerc revient sur une décision du gouvernement fédéral à Forillon en Gaspésie dans Bercer le loup. Les autorités gouvernementales y ont expulsé des centaines de familles pour faire un parc national.

Louis et Michèle Synnott pensaient s’installer sur leur terre de Forillon, tout près de la mer qui les berçait dans leurs jours et leurs espoirs d’une vie calme et tranquille. Un pays qu’ils avaient reçu de leurs parents et qu’ils entendaient transmettre à leurs enfants qu’ils souhaitaient nombreux. Et arrive la décision que l’on ne prend pas trop au sérieux d’abord. La rumeur circule. Les autorités gouvernementales veulent créer un parc sur cet espace fascinant qu’est Forillon, chasser toute une population en la dédommageant le moins possible comme cela se fait partout.
Cela n’est pas sans me rappeler la décision du gouvernement Taschereau de céder des terres à une entreprise américaine qui souhaitait construire des barrages et produire de l’aluminium au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Tout le gratin de la société, particulièrement le clergé, vantait les mérites de la modernité et promettait la prospérité pour des générations et des générations. On exproprie des terres agricoles, on cède tout un territoire, presque un pays à la Québec Developpement company en 1922. Une décision qui s’est faite sans consultation et en ignorant les Innus qui occupent le pays depuis des millénaires. Ce peuple perd alors un territoire de chasse ancestral sur la rivière Péribonka. Les barrages font monter le niveau de l’eau sans avertissement, noient des terres, font disparaître des villages. Onésime Tremblay a symbolisé cette révolte et cette lutte pour le respect de ses droits et une juste compensation pour la perte de ses terres. Un combat qui trouve encore des échos dans les audiences du BAPE tenues récemment sur la gestion du lac Saint-Jean. Cette fois, la population fait face aux décisions de Rio Tinto, une entreprise australienne.

LANGAGE

Jean Chrétien tenait un langage similaire devant les gens de Forillon en 1970. Prospérité et retombées économiques étaient au rendez-vous. Les résidents du secteur verraient leur avenir assuré.

Tu n’en reviens pas encore, des centaines de familles vont devoir déménager pour que les touristes de demain aient l’illusion de pénétrer un territoire vierge après avoir payé leur droit d’entrée à la guérite. Cinq lignes à peine, cinq lignes qui te rendent fou, écrites par un fonctionnaire mal élevé dont tu voudrais oublier le nom. Tu ignores encore le montant qu’on t’offrira pour la terre d’où ton regard embrasse chaque jour l’horizon sur la baie, tu partiras sans le savoir. Tu as entendu parler de sommes qui varient entre deux mille et six mille dollars. Ce sont les chiffres auxquels en est arrivé le prétendu expert qui rôde autour de vos maisons en votre absence. (p.35)

L’obligation de partir, de tout abandonner et de s’installer ailleurs se fait la mort dans l’âme pour la plupart des gens, particulièrement pour Louis Synnott. Ces réfugiés restent marqués au cœur et à l’âme et ne peuvent oublier certains événements. Louis transmettra cette colère, cette partie de son âme qu’on lui a volée à sa fille Marina, celle qui est née au moment où un fonctionnaire met le feu à la maison ancestrale. Michèle accouche sur le sol, comme une bête, au moment où les agents du gouvernement, des fonctionnaires « qui ne font qu’exécuter les ordres », posent le geste qui marquera la mémoire pendant des générations, particulièrement la petite fille qui entreprend de venger la famille.
Janice a entendu les récriminations de son grand-père et concocte une vengeance contre le fils de celui qui a incendié la maison ancestrale, invente un mensonge qui bouscule la vie de tout le monde.

TRAUMATISME

Des dizaines de personnes sont encore marquées par les expropriations de Mirabel et des gens nous parlent encore de la « tragédie du Lac-Saint-Jean » après une centaine d’années. Ce genre de décision cause des remous et engendre des séquelles difficiles à imaginer. Que dire de la création d’Israël sur des territoires palestiniens, créant des conflits et des affrontements qui sont insolubles. Les rancunes se transmettent de génération en génération. La haine souvent.
Le roman de Rachel Leclerc s’attarde à un geste politique qui marque l’imaginaire. La rancune est là, ne cesse de tourmenter les descendants. Se venger n’est certainement pas la solution. Janice l’apprend à ses dépens.


Plusieurs années après la mort de son père, Ulysse s’était même dit que les ministres d’Ottawa et de Québec, en créant le parc Forillon, avaient seulement achevé de dépouiller une communauté dont les fondateurs avaient été si souvent, après la Conquête et le traité de Paris de 1763, délibérément maintenus dans la dépendance et la précarité. Honte à ces politiciens, s’était mis à répéter Ulysse Le Sueur à mesure que les années passaient et qu’il repensait à tout ça, honte à eux et à toute leur descendance. (p.65)

Peut-on refaire l’histoire ? Personne ne retournera habiter le territoire de Forillon. Les vestiges de Mirabel se dressent pour montrent l’erreur du gouvernement de Pierre Elliott Trudeau qui a rêvé l’avenir sans tenir compte des protestations.
Janice retrouve Ulysse Le Sueur, le fils d’André, celui qui a incendié la maison de ses grands-parents et entend lui faire payer. Une histoire qui plonge dans les méandres troubles de la vengeance et qui a au moins l’effet de provoquer des réactions, une sorte de catharsis qui permettra d’accepter le passé.

AFFRONTEMENT

Un roman fascinant où l’ombre et la lumière s’affrontent, une histoire pleine de rebondissements. Janice se libère des propos de son grand-père, d’un héritage de rancœur et de colère, et retrouve sa mère Marina. Une manière de faire la paix avec le passé, l’injustice et l’arbitraire.
Les blessures à l’âme prennent du temps à guérir et c’est ce qu’illustre magnifiquement le roman de Leclerc qui nous propulse dans le temps et l’espace, dans les méandres d’une pensée et d’une rancune séculaire. Je me suis laissé prendre, emporter par les circonvolutions qui hantent cette famille.

Pour Ulysse, toute cette affaire était bien la preuve, si besoin était, que l’attitude d’André Le Sueur dans les villages de Forillon allait continuer de le hanter jusqu’à sa mort. Il devait reconnaître sa filiation et sa responsabilité. Il n’avait plus le droit de feindre d’ignorer une époque durant laquelle les habitants incrédules et atterrés, avaient regardé monter des colonnes de fumée dans le ciel de la péninsule sans pouvoir rien y faire. (p.169)

Bercer le loup fouille l’âme de ceux qui subissent la pire des injustices, ceux qui perdent leur pays. Je n’ai pu m’empêcher de penser aux réfugiés qui doivent quitter un lieu devenu invivable et partir sans trop savoir ou ils vont échouer. Ils restent marqués, souvent incapables de vivre le présent et de s’installer dans leur nouvelle vie. C’est peut-être ces migrations qui alimentent le terrorisme actuel, mobilisent les déportés d’une seconde génération.
Le pays façonne les individus et quand on oblige une population à tout quitter, ils ne peuvent que trébucher et claudiquer. Et pas une vengeance ne peut guérir cette blessure, pas une violence ne peut guérir l’âme.
Un roman qui fait réfléchir à des moments de l’histoire qui marquent et secouent notre pensée. Que dire des Acadiens qui ont été arrachés à leur pays et déportés un peu partout dans le monde. Les séquelles sont toujours là. Une blessure à l’être peut-elle guérir ? Et que dire de la responsabilité…

BERCER LE LOUP de RACHEL LECLERC, roman paru chez LEMÉAC ÉDITEUR.


PROCHAINE CHRONIQUE : IMAGO de NATALIE JEAN.